ASSOCIATION ALTAR-EUROPE FRANCHE-COMTE

Le Mystere de l'an 0, d'Alesia au Christianisme..

CouvJean-ClaudeBonnot3

Avant de rebondir ou m'impliquer dans une action politique  en accord à l'éthique de ce blog, j'appose ici  la couverture et le  synopsis de présentation de mon livre.  A ce stade, après avoir tergiversé avec plusieurs éditeurs (j'ai fini par me décider pour une maison à dimension humaine  http://editions-maia.net/ ), j'ai du, pour mieux me faire comprendre de "professionnels" qui hesitent à me classer dans tel ou tel genre (essai, roman historique, esotérique, spirituel ou politique) ajouter un sous titre aussi intrigant que révélateur..

(...le Mystère de l'an 0 )

                                                             

                                                          

 

                                                           D’ALESIA AU CHRISTIANISME 

                                                             Le Mystère de l'an 0

 

 

       Enquêter et  produire une synthèse cohérente sur un sujet délicat où se mêlent identité nationale et substrat religieux, est un défi suspicieux de nos  jours.  Pourtant, je vous invite à me suivre sur une affaire historique et polémique franco-française qui toutefois concerne le monde entier (Jefferson n’a-t-il pas dit «  Chaque homme a deux patries, la sienne et la France ») .  A savoir, la localisation d’Alesia, conquise par les romains en 52 av JC. Cité considérée comme « sacrée » d’après certains auteurs antiques, qui à mon sens  est victime d’un escamotage pour dissimuler l’origine du Christianisme.     

     Le tout, introduit  d’un exposé -rigide de prime abord- mais vite étoffé  d’un scénario stipulant l’enlèvement et la récupération du Christ par un réseau de religieux déchus : « les Mandéens-Mandubiens »… peuplade mentionnée par César comme les habitants d’Alesia. Ceux-ci d’après ma version seraient en fait les récipiendaires de rites ancestraux, évoluant par la suite en société secrète qui,  en s’infiltrant parmi les Gallo-romains  fondèrent le Christianisme… 

     L’intrigue initiale romancée devient vite accessoire suite à l’orientation prise.  Toutefois, le couple de « touristes chercheurs » imaginés pour la circonstance,  parti en Grèce reconnaître les tombeaux de descendants d’un illustre inconnu -ancien chef des croisades-, parvient en transition à nous faire apprécier la période des Templiers. Ces moines soldats qui, dans leur implication ésotérique firent  trembler le Vatican et le pouvoir royal.  D’autant qu’ils sont à l’origine de la réapparition du Saint Suaire… Relique des reliques qui  s’inscrit comme une clé dans cet ouvrage.

      Dans les vifs débats des deux protagonistes où l’auteur se met en scène au côté d’une amie rencontrée peu avant au cours d’une réunion politique quelque peu «  New-Age », nous pourrons suivre les confrontations des valeurs auxquelles chacun se voue. Par la suite, au retour, chacun reprendra son parcours comme deux cheminements parallèles allant vers un même but, sans pour autant parvenir à fusionner.

Développement et  conclusion  nourrissent et édifient incidemment  « ce Troisième Testament  », dont l’on ne sait encore s’il s’agit déjà du réel ou de son écho.

     Le livre se termine à l’instar d’un précepte que j’aurais pu glisser dans cet ouvrage…. Mais peut être fallait-il donner, du temps au temps.

    « Inutile de dénoncer, l’hérésie, si l’on ne peut révéler le juste ! »

 C’est pourquoi, je me suis employé, tout au long de ces pages  à initier une directive que je détiens de bouddhistes  japonais qui m’ont aidé à me réaliser au sein de notre société Occidentale.   J’applique à cet effet, un diagramme édifiant sur le développement de la personne, auquel je me permets d’introduire le symbole fondateur qu’il m’aura été donné de reconnaître.

     En toute fin, pour ne point s’égarer, j’en reviens à rappeler que seule une archéologie libérée, à laquelle les citoyens donneraient les moyens de ses ambitions, est en mesure de servir de « garde fous ».

 

 Jean-Claude BONNOT

 


ALTAR-EFC, visite à la caverne aux enfers !

 

Dans le cadre de la sortie de la dernière compilation de mon livre (où je confie cette fois l'inavouable) dont la sortie est prévue mi-septembre 2016 aux éditions Maïa,

nous proposons dans le cadre de notre association  des visites accompagnées à la grotte du Chateau de la Roche...  

Indice, voilà sur ce blog la description que je faisais de ce lieu voici quelques années  " Alesia, archéologie et les champs Elyséens ... révelations "

et voici la découverte qui l'an dernier a determiné cette nouvelle publication et l'organisation de ces visites sur les lieux, voulant de fait, prendre les citoyens à témoins ! "Après l' Eclaireur... l'Eveillé "

 

 

visites guidées (Zelda, Vivrax) (1) - Copie

 

GROTTE ENTREE

  Thierry, grotteaction politique altar -les fédérés

visite à la grotte Aout 2016

 

Notre véhicule ne suffit pas .. et à l'arrivée il faut souffler ... et s'équiper ... avant la descente aux enfers !

 

 

baptème à la grotteGROTTE SEPTEMBRE 2015 001 (12)

 La descente par des escaliers taillés à même la roche est aisée ( 70 marches) mais , prévoir une bonne paire de bottes, une lampe de poche et un vetement chaud... à moins de braver les éléments à nu..

zelda grotteDSCF3829

    Arrivés aux abords de l'autel, énorme rocher plat disposé en travers de la galerie,  votre guide invoquera votre respect tout en vous contant les détails sur le rituel d'inhumation des défunts ensevelis dans le tréfond où rugit le  ruisseau sous-terrain. Cours d'eau de nos jours pratiquement tari, mais comparable au Styx, fleuve des enfers des anciens grecs... Celui-ci ressurgit en cascade, par une seconde grotte, transportant ainsi dépouilles décomposées et autres offrandes (pièces de monnaies) jusque dans le lit du Doubs en contre bas.

Petite grotte

 

Le tout dans une bonne ambiance,propre à relativiser la gravité du sujet....

jardin- pont de roide

Comme ici à Pont de Roide pour un apéritif d'accueil à notre "local-jardin des druides "

 

 

Le drapeau de Franche-Comté remis en place par un commando...

 

commando

Nous y étions ! VOIR LA VIDEO !

http://www.macommune.info/article/le-mfc-remet-le-drapeau-franc-comtois-sur-le-fronton-du-conseil-regional-145596

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le drapeau comtois flotte à nouveau
au fronton du Conseil régional !

Aujourd’hui, des militants du Mouvement Franche-Comté ont raccroché au fronton du Conseil régional le drapeau historique de la Franche-Comté qui en avait été récemment retiré. Peu importent les raisons de ce retrait. Le fait est que son décrochage en catimini avait été ressenti par les Francs-Comtois comme une humiliation supplémentaire après celles, entre autres, de la perte de leur capitale régionale, de leur propre assemblée et de leur propre budget.

Ce fût en outre une humiliation gratuite puisque personne n'avait rien demandé et que rien ne l’imposait. A Strasbourg, le bâtiment du Conseil régional de la nouvelle région "Grand Est" arbore encore aujourd’hui fièrement les drapeaux historiques des trois régions qui la composent.

Le MFC ose espérer que le Conseil régional, enfin conscient du côté émotionnel du sujet, ne le retirera pas de si tôt, sauf à démontrer une nouvelle fois sa volonté persistante de renvoyer aux oubliettes de l’histoire le drapeau de la Franche-Comté alors qu'il existait bien avant que le drapeau français n'existe et qu'il est le symbole même de son histoire et de la solidarité qui unit ses habitants.


Jean-Philippe Allenbach
Président
06 27 61 53 85

 

Le Saint Suaire et l'affaire d' Alesia... réédition !

 

 

Le Saint Suaire et l'affaire d' Alesia ... réédition !

   Voici l' avant projet de la couverture de la réédition de mon livre... Un ajout sur le Saint Suaire sera mis en avant... De quoi surprendre bien du monde et aller à l'essentiel...

 

livre projet

   Je précise que cette couverture de livre en projet  a été inspirée du tableau (réalisé par Chantal Berard - Bernardin). Auquel nous avons ajouté l'entrée de la caverne d' Altar et le crâne évoqué dans cet ouvrage... au chapitre " Crâne et têtes dans l'art et la littérature "

 

 

  Voici le préambule encore en cours de redaction... Prélude_d_ALESIA_au_CHRISTIANISME

et j'attends vos réactions.. la suite devant être encore une fois surprenante de cohérence. Surtout en ce qui concerne le Saint Suaire et l'avenir de l' Eglise !

  Jean-Claude BONNOT

 

 

 

 

ASSOCIATION ALTAR Europe Franche-Comté

 

 

logo_mandoubiens3          drapeau comtois  L'ECLAIREUR CITOYEN FAUCHEUR3

 

ARTICLE PREMIER - NOM

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre : ALTAR  Europe Franche-Comté

Association Libérale Touristique  Archéo Régionionaliste  Europe   Franche-Comté



ARTICLE 2 - BUT OBJET

Développer l’archéo tourisme identitaire à partir de vestiges antiques apparents, voire redécouvrir par des lectures de paysages, transmissions orales, toponymique et prospections de surfaces …( Circuits touristiques, conférences, hébergements, restaurations, ventes de livres et produits dérivés.)

   L’impulsion de cette démarche provenant de la dénomination singulière de cette région charnière au cœur de l’ Europe  «  Franche Comté » « Franche Montagnes » et « JURA »  ( terme latin signifiant : DROIT, JUSS, JURIS, JUSTICE .)

  Fort de cette trame intuitive  ou postulat préfigurant des institutions juridiques insoupçonnées, nous nous proposons d’apporter ainsi un nouvel éclairage sur l’histoire de l’humanité.   Par ailleurs nous appuierons toutes publications ou actions sociales et culturelles émanant ou dérivant de notre cause. 

    En preuve manifeste, la présence en ces lieux de vestiges archéologiques - comme le théâtre gallo-romain de Mandeure-  d’une capacité de 20 000 places,  attestent de l’existence passée d’une grande métropole antique aujourd’hui occultée.  Laissant supposer que la ville disparue d’ Alesia pouvait très bien se trouver dans les environs.  A noter que les habitants de cette cité où furent vaincus les gaulois  s’appelaient  «  Mandubiens » (dixit Cesar) nom que portent toujours les habitants de Mandeure.

  A noter aussi la possible localisation d’ Alesia dans d’autres sites du massif jurassien que nous envisageons de faire connaître.

  Sans prétendre détenir la vérité historique dans l’absolu, ni même  s’opposer à ceux qui la revendiquent !  L’esprit de cette organisation - par le biais d’un tourisme culturel revisité- s’apparente pourtant à un défit révolutionnaire de part l’identification et l’origine du droit fondamental  dans cette contrée du monde. 

 

 

ARTICLE 3 - SIÈGE SOCIAL


Le siège social est fixé à 46, rue Combe Mirey  25400 AUDINCOURT

Tel 03 81 36 98 96

altar-efc@hotmail.com

 

 

 


ALESIA, métropole religieuse des celtes... identifiée sur les bords du Doubs !

Alesia-ébauche000

oppidum Alesia - Copie - Copie

 

 

   En fait, la localisation d'Alesia était évidente, d'où la suspicion d'un escamotage ou complot (...)  Les ruines Romaines de Mandeure et le deuxième plus grand théatre Gallo-Romain de France se trouvent à 7 kms.. Suite à la Pax Romana - la Paix Romaine - les Mandubiens habitants d' Alésia selon César  ( BG livre VII ) ont juste reconstruit leur cité en aval avec le concours des romains.

 

07 mars 2016

D'ALESIA AU CHRISTIANISME

 

 

                                 
Livre en réedition...( ajout concernant le Saint Suaire)

livre projet

                                   " D'ALESIA AU CHRISTIANISME "
La chute d'Alésia causa un vide spirituel en Gaule favorisant l'accueil du Christianisme tel l'enfant dans son berceau. La France fille ainee de l'Eglise, religieuse ou laïque, minore par ignorance une polemique sur la localisation d'ALESIA conquise par Cesar (foyer et metropole de toute la celtique).

                  
                     grottte porche - CopieDescente aux enfers (vidéo)
Grotte du Chateau de la Roche ( St Hippolyte sur Doubs )
  
  Visites guidées.... sur RDV ou en libre accès..   

 



         

vercingetotix 2


VERCINGETORIX héros capable d'unifier les peuples de Gaule et défier l'univers !

 

Saint suaire

JESUS CHRIST sauveur venu unifier les hommes pour la paix universelle

                 


UN COMPLOT MESSIANIQUE !?
( Serait-ce donc cela le secret inavouable de la disparition d'ALESIA ?...)

 

AVANT PROPOS ( appel à la raison)

Il n'y a pas méprise, le thème présenté ici malgré cette accroche fleurant le fantastique, voire pour certain la suspicion, traite bien de l'affaire d'ALESIA, ce fameux " détail de l'histoire " (?) où les Romains de Jules César ont vaincu les gaulois coalisés autour de Vercingétorix en 52 av JC . A cette époque charnière, le monde antique "civilisable" bascule définitivement sous l'hégémonie romaine préfigurant de fait, le creuset d'une ère nouvelle : le CHRISTIANISME.

Ce site WEB étant en ligne depuis quelque temps, il apparaît qu'une nouvelle clarification d'avant propos s'impose. En effet, avec ce nouveau et merveilleux média qu'est Internet, un questionnement venant pour la plupart de l'étranger (à la France) revient pertinemment : Comment est-il possible qu'un lieu où un événement aussi conséquent qu'est la prise d'Alesia ne soit pas localisé avec certitude ? Pour répondre à une telle question, il faut être à même de comprendre le système éducatif français, concentré sur l'histoire officielle de la nation. Certes, tout état respectable s'appuie sur une entité communément admise à un moment ou à un autre par une majorité de ses ressortissants. Cependant avec la France, le cas est différent de part son organisation politique centralisée. En effet, sa situation géographique au carrefour des peuples et civilisations a pour conséquences forcément des tribulations historiques sans commune mesure dans le monde. Bien qu'elles s'en défendent, nos institutions républicaines d'aujourd'hui trouvent leurs fondements dans des concepts tels que le "Roi soleil" ou encore le "Christ-roi", voire encore pour certains "initiés" avec la notion celtique de "Rex Mundi" ROI DU MONDE. Ce qui fait la fameuse "exception française" . Revers de la médaille, de nos jours, aucune version dissidente concernant l'Histoire ne peut prendre corps sans l'aval d'un système jacobin tentaculaire. Mon propos n'étant pas politique, j'essaie seulement de dissiper les entraves institutionnelles qui nuisent à la recherche sereine de la "vérité historique"... A ce sujet donc, je tiens à affimer que l'affaire d'Alésia par delà l'illustration que l'on veut en donner en est peut être aussi la clé ! voilà pourquoi j'avance la thèse du complot… qui, toute raison gardée n'en est pas un car celui-ci, s'il a bien eut lieu en son temps (voir plus loin) a échappé depuis longtemps à ses auteurs. Nos historiens d'aujourd'hui, ayant " avis autorisé " peu au fait ou méprisant les arcanes religieux se retrouvent complices sans le savoir (tout comme MR JOURDAIN ignorait faire de la prose…) d'un artefact réalisé il y a plus de deux mille ans. Nous sommes devant le cas classique où " le serpent se mord la queue ".

Voilà pourquoi dès le début, je me refuse à rédiger un ouvrage plus académique. Croyant alors candidement démocratiser cette affaire et la sortir des ornières où elle est confinée, j'ai opté pour le roman historique…inspiré par des découvertes archéologiques stipulant l'existence d'une grotte sanctuaire attribuée (de ma part) aux MANDUBIENS (habitants d'Alesia B.G LIV 7). Suite à cet essai, dix ans auparavant, je persiste et signe en droite ligne en avançant cette fois un lien direct entre l'avènement du Christianisme et la disparition d'Alesia (antique et moderne). Bien que mes propos et motivations pour la rédaction de la version détonante présentée ici, font appel à une méthodologie qualifiée certes " d'ésotérique " par moult érudits conventionnels. A mon corps défendant, instruits des doutes invalidants rencontrés ici et là, je me réclame tout simplement de la raison pure en m'appuyant sur une méthode empruntée au bouddhisme *, qui permet de classifier et d'englober tous les aspects de cette étrange affaire (de l'apparence à la cohérence). En effet, en recevant et employant de telles conceptions et pratiques, l'esprit libre de liens, nous comprenons qu'il nous faut reléguer sans mépris ni attachement les scientifiques au rang de " moyens ". La logique admissible du moment ne prenant pas en compte l'influence humaine de ses protagonistes, nous a (il faut l'avouer) conduit avec cette affaire dans une impasse absurde ! La caricature serait bien choisie si les conséquences n'en étaient si terribles (voir plus loin)… En effet, c'est en relatant brièvement "l'état des lieux " de cette bataille que peut se comprendre comment des populations " éduquées " peuvent être neutralisées, désensibilisées, déshumanisées, occultant ainsi l'essentiel ! Comment en est on arrivé là ? Classiquement, un pouvoir établit croit en sa faculté d'organiser l'ordre et le désordre, avec en finalité l'objectif de faire rentrer dans le rang ceux qui d'aventure choisiraient une autre raison que celle proposée…(ex : point de salut sans le Christ !)

Avec l'affaire d'Alésia deux courants se réclamant de la science semblent donc s'affronter (écartant ainsi toutes intrusions non assujetties y compris évidement celle-ci ). L'un officiel, soutenant fermement la localisation d' Alésia à Alise st Reine en Bourgogne et l'autre à Syam Chaux les Crotenay en Franche-Comté.Il faut savoir également que le massif du Jura (celui-ci s'érigeant en barrière naturelle incontournable pour la route de Rome) recelle le plus de sites proposés pour la localisation d'Alesia… Evidement, les grossières lacunes entrevues pour l'une ou l'autre thèse génèrent des intuitions plus ou moins admissibles (des " contre feux " semblent même avoir été crédibilisés intentionnellement). La ferme position de la thèse officielle peut donc se comprendre, tout comme une décision de justice inique, il est très difficile de faire machine arrière au risque de faire imploser le système. Individuellement il n'y a donc aucune animosité contre des " employés" qui défendent leur fratrie. Dans l'état actuel des choses, de toute manière le crime est inavouable, seuls de nouveaux éléments ou une alternance politique radicale permettraient de privilégier telle ou telle vision de la situation…. Mais pour l'instant question archéologie c'est le statu quo ! Plus difficilement défendables sont les défenseurs de thèses fondamentalistes (comme pour toutes sciences humaines) opposées à la version officielle. En se montrant plus " royalistes que le roi ", ceux-ci sont littéralement happés par un système qui dévore ses propres enfants. En effet, les partisans du site de Syam, issus d'académies scientistes se disent révulsés par les contre=sens historiques ou méthodologiques soutenus partialement par les tenants d'Alise St Reine. L'inconvénient majeur de ce genre d'attitude est de s'orienter davantage sur la méthode et d'occulter l'objet de la recherche. C'est ainsi que la vérité finit par être dévalorisée… le paraître l'emportant sur l'être !. Vous pouvez suivre ce genre de débats sur différents forums... Comme vous pouvez le constater ici comme ailleurs " le diable se cache dans le détail !". Pourtant se pays ce réclamant de la " laïcité " devrait plus souvent invoquer son Saint patron Descartes, celui-ci dans son célèbre " discours sur la méthode ", stipule bien que l'individu niant Dieu (ou autre loi mystique) est forcément dans l'erreur et ne peut effectuer sa révolution humaine ! Cette diatribe s'adresse donc à tout homme doué de raison, afin qu'il considère la version présentée ici avec toute la considération qu'elle mérite car la terre va parler ! Les nouvelles technologies à la fois de communications et de nouveaux outils tels que les détecteurs de métaux suscitent, passions, vocations et prise de conscience. Vous pouvez suivre ce débat à propos de la toute récente découverte du "Trésor de Mathay", juste à coté de l'endroit où je situe Alésia TRESOR DE MATHAY-MANDEURE.

*Emprunt à l'enseignement bouddhiste-NICHIREN ETUDES-Méthode d'analyse : LES DIX ASPECT DE LA VIE ( Chap.II moyens Sutra du lotus)

1) l'Apparence 2) la Nature 3) l'Entité, 4) le Pouvoir 5) l'influence 6) le Pouvoir 7) la Cause inhérente8) la Cause externe, 9) la Rétribution, 10) et leur cohérence du commencement jusqu'à la fin.


L'offrande de sa personne à César pour épargner son peuple ( tel Jésus devant Pilate). 

Siege-alesia-vercingetorix-jules-cesar

LE CULTE DU SOLEIL RECUPERE
Statère d'or de Vercingétorix à l'éffigie d'un jeune éphèbe (copie d'Alexandre le grand)

Vercingetorix-piece



« Vercingétorix prit aussitôt le chemin d’Alesia, place des Mandubiens » BG chapitre 68 livre VII
Cette indication de César est capitale, elle permet à elle seule de circonscrire le lieu où l’histoire a basculé en 52 av JC. La dénomination de : « Mandubiens », étymologiquement signifie : « Hommes du Doubs » ; soit : MANDOUBIENS. La preuve scripturaire et la logique restant insuffisantes, rien ne vaut la preuve manifeste ! Intrigué par une découverte archéologique Jean-Claude Bonnot, éconduit par des historiens ayant « avis autorisé » tente par son roman historique d’aborder la cause véritable… persuadé que la « métropole d’Alésia » , compte tenu du rôle fédérateur et décisif qu’elle a joué dans le contexte politico-religieux de l’époque, était à n’en point douter une ville sacrée ! Conscient de cet impact mythique et symbolique incontournable, l’auteur familier des lectures de paysage et affermi par ses études comparatives des religions, détruit pour mieux reconstruire. En greffant ses présomptions sur fond de légende locale, le Mystère s'éclaircit... en se justifiant !

 

mystere mandoubiens

Nota, ce livre édité en 1996  est lui aussi en cours de réedition....



FIN DE LA PREMIERE PARTIE

Bien qu'imbriquée l'une dans l'autre, je scinde ici mon récit en 2 branches ( AR et AL). L'une nommée : AR (ARGUMENTAIRE) traitant surtout de preuves matérielles et scripturaires ou plus particulièrement de la configuration géographique où a pu se dérouler la fameuse bataille. L'autre : AL (ALEATOIRE) plus universelle, plus globale, qui aborde la "quête du sens"donc la spiritualité.



 

SIEGE ALESIA TOPO

Indice : Quand l'erreur devient un atout ! La plaine de 3000 pas ( point clé de la localisation ) se mesure à partir de la circonvellation extérieure et non pas depuis l'oppidum... soit du bas de la colline !


Branche ARGUMENTAIRE Cliquez
AR 200 cadavres romains découverts en 1839... DISPARUS !!!


Branche AL Restez sur cette page



La trame de mon roman historique immisçait un mythe fondateur archétypal, ayant influencé le contexte social et culturel des populations locales au moment de la conquête des Gaules par les Romains. Suivant mes perceptions et découvertes, j'y décris le rituel à mystère des Mandubiens, habitants d'Alésia (B.G. liv. VII chap. 68). Ceux-ci, gardiens des Mânes ou esprits des morts, avaient la tâche prépondérante d'ensevelir les Elus dans leur lieu sacré… En l'occurence aux Champs Elysées des Celtes (Omphalos ou Nemeton). Dès ma publication, en Décembre 1996, un prêtre ancien bibliothécaire ( ce présentant comme l'abbé Gallois) au Vatican m'a contacté, confirmant globalement la véracité de mon récit tout en me promettant l'envoi ultérieur de preuves scripturaires (sic). Néanmoins bien que sibyllin, mon informateur m'a branché, (à mon grand désarroi) sur la piste du fondement du christianisme, évoquant notamment : un document daté du IXe siècle stipulant / /

LE DEPOT DES TROIS SAINTES RELIQUES A L'AUTEL DES MANDUBIENS (voir détail plus bas)
Loin de moi l'intention de faire " mousser " cette affaire, par l'entremise du classique abbé informateur qui, voulant sauver son âme, révèle sous couvert du secret des indications capitales sur la véritable nature de Jésus-Christ … A croire qu'il n'y a pas d'autre scénario possible ; cela m'est arrivé (…). Ce prêtre, vilipendé, humilié par ses pairs, m'a même assuré avoir vu le livre original " De bello gallico de César "
Evidemment, je lui ai demandé de me rencontrer, mais visiblement il a du comprendre que je n'étais pas encore prêt, car à l'époque je n'avais aucune idée de ce que pouvaient être les " Trois Saintes Reliques ", je ne le répèterai jamais assez, je cherchais Alésia et non pas le tombeau du Christ !
Certes, à la rencontre d'une telle éventualité, la malice conseillerait de se défausser et accentuer ainsi l'intrigue et l'effet mystère. Cependant, l'éducation religieuse reçue dés notre tendre enfance, tient en éveil une personnalité, nous engageant au libre arbitre. Envers et contre tous, j'ai donc décidé de " franchir le Rubicon ", avant de traverser le fleuve des Enfers avec un poids sur la conscience ! Je vous confie donc ainsi, par cette digression mon tourment du moment. Suite aux étranges juxtapositions rencontrées dans cette affaire, j'éprouve désormais le sentiment d'accomplir une mission. Présomption déplacée et désuète à notre époque, mais la candeur ne confère t-elle pas grâce et honnêteté ? Il suffit d'y mettre la bonne graine ! La cohérence de mes propos viendra, je l'espère, justifier et atténuer cette disposition narcissique. Pourtant, dans cette quête de la vérité, le seul pardon qu'il me faudrait implorer serait de ne pas avoir jusqu'à présent manifesté la grandeur d'âme dévolue pour mener à bien cette tâche… A mon corps défendant, j'insisterai sur le fait qu'il est inutile de se revêtir de fausse modestie, car croire en soi c'est aussi croire en l'autre ! Et ce n'est certainement pas avec la nouvelle orientation donnée à cette affaire que je vais pouvoir faire preuve de pondération. Il va même me falloir faire autorité, à la fois pour dissiper les doutes, mais aussi paradoxalement pour pallier à quelques lacunes d'érudition dans certains domaines. Je continuerai donc mon récit en escamotant l'instant crucial de la guerre des Gaules, en me concentrant sur la conséquence la plus manifeste de la conquête romaine…

L'AVENEMENT DU CHRISTIANISME

Ancré dorénavant dans une nouvelle perspective, voulant pourtant donner suite à ma version sur les prémices de la prise d'Alésia, je m'étais mis en devoir d'enchaîner logiquement ma narration par une série d'événements avérés. En effet, bien que romancé, inspiré de faits réels, mon récit se calque sur la réalité historique. Je vous orientais donc vers le fameux Champ de la bataille décrit avec force détails par le conquérant César lui- même dans ses commentaires sur la guerre des gaules (B.G. liv. VII). Donc, mis à part la suspicion (à l'origine de la polémique) autour de la localisation des lieux, le déroulement des opérations semblait couler de source… Pourtant, à ce jour, il m'apparait comme secondaire de continuer le récit d'une bataille, pour accréditer un lieu ! Alors qu'au vu des indications données par mon " abbé informateur ", il se pourrait que nous ayons affaire à un vaste complot politico-religieux dont la priorité était de rayer de la mémoire collective, l'apparence, la nature et l'entité d'Alésia. Sans autre détour, je vous annonce donc la véritable raison qui me fait me détourner de mon but initial, le fait ahurissant qui me cause tant de tourments. Il m'apparaît désormais crédible l'allégation suivante :

"DEPOT RITUEL ET SECRET DU CORPS DU CHRIST AU COEUR D'UNE GAULE FRAICHEMENT CONQUISE PAR LES ROMAINS"

Partant donc de l'intrigue de mon livre initial relatant l'ensevelissement d'Elus dans la grotte sanctuaire des Mandubiens, la chronologie des événements s'y prêtant bien; le temps d'une génération, permettant à la réaction de prendre corps. Pour ce qui est de l'aspect déplacé sur les plans géographiques et culturels, tout dépend du contexte. A cette époque-là, le calendrier romain ne mentionnait pas l'année de naissance de Jésus ! De plus, les communications avec la Méditerranée par les voies fluviales : Rhin, Rhône, Danube (au carrefour desquels je situe Alésia), étaient bien développées.

L'enseignement du Christ, bien que dispensé à priori sur les bords du Jourdain semble, dans un premier temps, avoir fait souche essentiellement en Gaule. De là à dire que cette religion disposait dans ce pays du milieu social et culturel prêt à l'accueillir, il n'y a qu'un pas… Reprenant l'expression de mon prêtre informateur, je dirai " installée comme le bébé dans son berceau… " . Le berceau désigné ici induit simultanément un lieu prédisposé à l'ensemencement et une période de maturation avant la récolte. La France n'est-elle pas la fille aînée de l'Eglise ?

Certes l'information, déconcertante de prime abord, de cet abbé m'a bouleversé mais a révélé indirectement l'inconscience de mes gros sabots qui piétinaient le lieu embryonnaire de la nouvelle loi qui allait dominer le monde, tel le phénix qui renaît de ses cendres. Les religieux d'alors (druides ou Mandéens ?), dépositaires du culte ancestral (...) auraient donc récupéré leurs prérogatives en soutenant le concept du Christ-roi ! La notion de Roi du Monde étant d'origine celtique… A partir de ce moment, ma perception globale de l'événement s'en est trouvée modifiée et cette fois l'enjeu de cette péripétie historique m'apparaît comme universel.


En illustration un petit détour par l'affaire de Rennes le Château où j'ai appri que le secret de l'abbé Saunière pourrait être lié au dépôt du Christ dans un lieu tenu secret. Le " trésor " du prélat, proviendrait d'informations scripturaires monnayées à l'Eglise en échange de son silence… Quoi qu'il en soit, la voie royale étant la navigation Rhodanienne au débouché des Saintes Maries de la mer. En considérant que Marie Madeleine et ses acolytes remontent le corps du Christ en Gaule…

Nicolas Poussin - Et in Arcadia ego (deuxième version).jpg

ET IN ARCADIA EGO*
( Est en terre sacrée je suis)
Le tombeau du Christ? En Gaule?
 
*ET IN ARCADIA EGO  Cette locution latine, célèbre dans les milieux ésotériques ce retrouve sur un tableau de Nicolas Poussin, intitulé : « Les bergers d’Arcadie ». http://www.rennes-le-chateau.org/enigmes/tableaux.htm
 

Serait-ce donc cela ? La raison inavouable, l'énigme sacrée, scellée hermétiquement par un pacte secret ? Corps structurant de notre société occidentale ...

En effet, le transfert insoupçonné de cette Sainte relique pourrait se justifier par " la phase ultime d'un rituel accompli ou d'un complot messianique destiné à ravir une prérogative déchue. Dans un tel cas, la récupération par cette entité religieuse (… ?) allant même jusqu'à l'assimilation du principe-substance, de l'ancienne tradition… "

Pourtant, en toute conscience, si nous ouvrons la boîte de Pandore, ce sera pour mieux la refermer. La liberté est enivrante. Le voile se soulève, tout en justifiant sa nécessité. Prenant en compte l'ensevelissement éventuel de la dépouille incommodante de Jésus au Saint des Saints d'une religion païenne, nous abordons l'aspect filial de l'avènement du christianisme, qui s'inscrit dans la continuité du culte universel du soleil (lumière née de la lumière) cette fois expurgé de l'effet magique et merveilleux engendré par la résurrection. Moyen salvateur qui, dans sa perfection accomplie, fut érigé par la suite (Concile de Nicée) en Vérité suprême.

LES TROIS SAINTES RELIQUES
(ou les trois grands dharmas ésotériques)

Comme je l'ai déjà indiqué, ma méthode d'analyse s'inspire d'une école bouddhiste*. Sans pour autant m'opposer à l'acception de la nature trinitaire et universelle du christianisme, il est raisonnable d'admettre les similitudes dans l'édification de nos sociétés, voici donc une règle de base.

Pour trouver la vérité il faut répondre à ces trois conditions
 
1°La preuve par la logique
2°La preuve scripturaire
3°La preuve manifeste
 
   La dernière condition étant essentielle ! Celle-ci confirme ou infirme les deux autres.
 
Parfois la preuve manifeste vient défier mystérieusement les deux premières. Force nous est de reconnaître que si de tels cas sont rares ils ne sont pas exceptionnels. C’est donc avec prudence et humilité qu’il nous faut cheminer dans la connaissance. L’énigme que représente le Saint Suaire en est l’illustration
 
Ma version sur cette affaire est pour le moins iconoclaste, témoignage de mon aventure personnelle. En cherchant autre chose j’ai de mon point de vue « ouvert la boîte de Pandore »
S’il faut en croire l’induction de cette étude le corps du Christ (la personne) a été embaumé puis transporté dans un sarcophage (LeGraal) en un lieu central (L'Omphalos) symbolisant le « Principe –Substance ». Terme péremptoire mais, qui se justifie en tant que moyen.
Ces pratiques sont communes dans tous les fondements religieux ou institutionnels (y compris pour les sciences)..
  A première vue c’est exact, celles ci veulent simplement signifier qu’il faut une certaine disposition d’esprit d’investigation suffisant, capable d’ouvrir un regard et une projection globales ,quand la réalité s'éloigne vers l’irrationnel . Attitude que s’interdisent nos savants académiques d’aujourd’hui .
Partant donc d'une attestation scripturaire, il nous faut clarifier les piliers essentiels à toute organisation sociale ou cultuelle . Ensuite j’ébaucherai une voie possible…

Les trois expédients fondamentaux de toute institution sont :

(Certaines écoles présentent celà comme trois grandes lois ésotériques...)

1° Une personne ( Eveillé, Grand initié,  Instituteur etc...)

2° Une loi ( Enseignement, concept, code moral , véhicule, moyen  etc...)

3° Une situation (Lieu symbolique, Métropole, Centre de rayonnement etc...)

Prenons le cas « exotérique » de l’ Eglise catholique apostolique Romaine.

1° La Personne :  Jésus Christ

2° La  Loi :  Bible, l’évangile, loi d’Amour (…)

3° La situation :Rome, le Vatican, le Saint Siège (toutes les routes mènent à )

Prenons maintenant  un aspect  « ésotérique » des piliers du christianisme.

CONCEPT DES TROIS SAINTES RELIQUES

1°Le Saint Suaire :(De part l'effigie représente la personne, le corps physique, l'élu )

2°Le Saint Graal : (Le Tombeau, l’Enveloppe, la Coupe, la Loi, le contenu dans son contenant)

3°La couronne d’épine:(Le soleil et ses attributs: Roi du Monde, Omphalos, centre de rayonnement)

   Un corps en trois corps, trois corps en un corps, souverain, maître et parents : fusion de la personne et de la loi en un lieu déterminé.




Certes tout ceci ne serait que montage intellectuel, s'il n'y avait pas l'équivalence physique. Mais ce lieu de dépôt, la preuve manifeste, existait réellement. Il se situe à quelques kilomètres de l'endroit où je situe Alésia. Site que je nomme désormais:
ALTARE MANDUBIORUM (Autel desMandubiens)
---
Grotte du Château de la Roche au N.E de St Hippolyte sur Doubs--- Porche d'entrée des Enfers... (?)

 

grottte porche - Copie

chateau-de-la-roche

 Croquis des espions français avant la conquête de la Franche Comté par Louis XIV...

 

grotte 1

Grotte de la Roche

HISTOIRE ET MYSTERES...

Depuis le centre ville, en levant les yeux vers la vallée du Doubs qui mène vers la Suisse, on ne voit qu’elle : la grotte de la roche, là d’où autrefois, les seigneurs locaux veillaient sur la cité. Aujourd’hui, l’itinéraire favori des randonneurs.


 
Ancien fief des Comtes De la Roche, jadis "Temple du Soleil" (CHAMESOL) puis forteresse inexpugnable ... aujourd'hui abandonné...fouilles interdites... Dormez ! bonnes gens...

Saint Suaire 1

Notons que le Suaire de Turin, est bien attesté en dépôt à l'église de St Hippolyte pendant 34 ans ( de 1418 à 1432 ). Les comtes DE LA ROCHE seigneurs du lieu en avaient la charge.
Afin déviter l'éclatement, un sujet en appelant un autre, résolument, dans cet exposé je ne suggère ici que les points originaux qui viennent étayer mon hypothèse . Voici donc un élément de poids:

. --Le Comte Othon De La Roche un des principaux chefs de la IV croisade aurait rapporté le Saint Suaire dans son fief du Comté de Bourgogne (Franche-Comté) . Celui-ci fût même nommé " Duc d'Athènes " et établit par sa descendance une dynastie dites des " Megaskirs ".

Ce que l'on appela plus tard le " Duché français d'Athènes " dura de 1205 à 1311 ( date approximative de la fin des templiers). Ne trouvez-vous pas significatif ce " détail " après avoir suivi mon raisonnement ? Il est indéniable que, de par son nom et sa souche Othon De la Roche soit en lien direct avec la famille De la Roche à ST Hippolyte sur Doubs…. Mais allons encore plus loin…

Et si la famille De la Roche détenait le Saint Suaire depuis le début ?

En avançant une telle question, vous en conviendrez, nous changeons de POSTULAT !... Il nous faut imaginer cette fois que la dépouille du Christ et tous ses attributs (3 saintes reliques) auraient été déposés à "L'Autel des Mandubiens. Mon intime conviction m'incite dorénavant à relativiser cette orchestration, pour n'en retenir que le substrat. Avant tout, la religion chrétienne pour avoir été récupérée et imposée par les romains, reste bien un acte politique qui, se réclamant d'une légitimité spirituelle, certes contestable, en reste pourtant l'Echo. L'universalité qu'elle a toujours recherché a fait office jusqu'à nos jours de véhicule au véritable message (…) . Les faits restant cependant les faits, la pérennité nécessaire au renouveau devra être établie par le " mea culpa " de l'Eglise, qui devra nous ouvrir ses archives secrètes. Afin d'insuffler cet acte salvateur, il me faut rappeler le rôle capital et révélateur des Templiers qui, à travers leur abnégation, ont maintenu la filiation sanguine et historique de la famille De la Roche (le sang Royal ou Saint Graal...). Ces chevaliers du Christ, en nous rétrocédant le Saint Suaire qu'il soit  fac-similé ou authentique, intercèdent donc de nos jours sept cent ans après, au rétablissement de la vérité historique. Cette dernière devant être constamment recherchée car elle est la Principale garantie de la voie pouvant conduire salut.
 Jean-Claude BONNOT



               

 

25 février 2016

OPPIDUM DES MANDUBIENS ( AR )

 

Alesia-ébauche000    Photo montage adapté à la petite ville de Pont de Roide dans le Doubs à 7kms des ruines de Mandeure où les Mandubiens ont reconstruit leur ville d' Alesia détruite par les romains en 52 Av JC.


                                                     

 

 Voilà par cette carte touristique du Doubs, calquée sur notre environnement du XXIe siècle, la situation géographique où logiquement doit se retrouver l'emplacement d'Alésia et sa population.

 

 

  alesia-doubs

logo_mandoubiens3

                   

  Remarquez la forme singulière de la rivière, orientée Nord/Est décrivant un gigantesque . Il est certain que celle ci,  enlaçant sa population, est pour une grande part à l'origine de l'inspiration du mythe fondateur évoqué ici.

 

Alesia911

 

 

 

.  

Après avoir été expulsés de leur oppidum fortifié, les Mandubiens se sont installés quelques kilomètres en aval, dans la plaine avec le concours des Romains. Ils ont fondés :EPOMANDUODURUM (l'actuelle Mandeure, dont les habitants s'appellent: les Mandubiens ! ).

  Cette migration: ville ancienne vers ville nouvelle, est somme toute commune à bien des endroits. Dans ce lieu pourtant les preuves ne manquent pas (sic), mais   n'est pire aveugle que celui qui ne veut point voir, je citerai donc uniquement ce qui est flagrant.

  Prenons en exemple la ville de : MANDURIA en Italie. Il est bien attesté que celle-ci dans un constant flux et reflux (au gré des cataclysmes guerriers), les habitants se retiraient sur un site fortifié nommé : CASTEL NOVO. Hé bien, comme en Italie il exitait pas très loin de Mandeure,  le château de la puissante seigneurie de NEUFCHÄTEL en Bourgogne (Neuchatel Urtière et Petit Lomont :oppidum d'Alésia). Ceci n'est pas un hasard, il est certain que la noblesse Bourguignonne aux prétentions de droit divin avait pour fief un endroit hautement symbolique voir consacré. 

 


 L'HISTOIRE NOUS DONNE SOUVENT RENDEZ VOUS AUX MEME LIEUX !

 

Le massif du LOMONT, plissement jurassien de 40 kms, outre ses qualités intrinsèques ( sources, pâturages, gibier, forêt,  abris sous roche) se trouve disposé comme une muraille face aux invasions des peuplades germaniques. Passage obligé, point de jonction, contrôlant de fait  toutes les voies de communications du Rhin, du Rhône et du Danube. Cette  forteresse naturelle, se trouve avoir été à maintes reprises  le théâtre des nombreuses tribulations humaines (les acteurs des fameux « maquis du Lomont » peuvent encore l'attester. Les alliés de la dernière guerre établirent leur base ici même avant de poursuivre sur l'Allemagne du Reich). 

    Dans le monde païen, objet récurrent de cette étude, ce positionnement s'interprétait comme le : nombril du Monde, l'omphalos. Nos ancêtres Celtes ou Gaulois  nommaient cet endroit : Nemeton. Il nous est donc permis de penser, qu’un tel lieu ait pu avoir, aux temps ou les nations n’existaient pas encore, une sorte de statut de neutralité multiculturelle comme il sied à tout centre religieux.  Ce point de rayonnement favorisa donc des concepts mythologiques dont les divinités tutélaires ou autres avatars en étaient les émanations (d'où cette  toponymie si particulière : SOLEMONT ,  CHAMESOL). Transcendant les dogmes religieux, ce culte originel du « Roi Soleil » inspira bien des monarques... de droit divin . Pour le croyant lucide que je suis , il ne fait aucun doute que l'homme interpréta ou fût inspiré en ces lieux en créant un mythe fédérateur, structurant, sorti de Dame Nature. A moins qu'il ne s'agisse de la réminiscence d'un culte révélé encore plus ancien . Mais, nous touchons là, à l'ESSENCE DE LA LOI (voir : partie AL).

  Ne voulant heurter personne ,  je prie donc tout lecteur susceptible, de considérer comme nécessaire l'appréhension sociologique des événements. Celle-ci étant capitale pour comprendre ce genre d'affaire. Evidement, seule l'archéologie pourrait trancher... Seulement voilà, sous prétexte de rigueur scientifique, du coté de cette discipline les remparts administratifs ont été compliqués à souhait. Cependant, le matériel découvert au fil des siècles abonde dans le secteur, les ruines du théâtre antique de Mandeure l'attestent. Tout comme les objets stockés en attente éternelle d'exposition ou d'étude dans les caves du château musée de Montbéliard. J’ai même pu remarquer au musée national de St Germain en laye une collection impressionnante de bracelet de verre, provenant des fouilles de Mandeure… le tout exposé aux cotés d’un étalage sur Alésia à Alise St Reine (faut il en déduire qu’ils ont besoin d’objets d’époque).  Sans compter les collections privées ou les trophées des fouilleurs amateurs, notamment les pointes de flèches découvertes en abondance depuis l'apparition des détecteurs de métaux.

  Comme nous pouvons le constater, par cet aspect du contexte archéologique, nous avons tôt fait de nous perdre en conjectures ( à trop chercher le détail sans une vision claire de la globalité, on finit par s'égarer). Cet exposé,  à la fois didactique et informel,  affin d’apprécier à leur juste valeur les évidences éclairées ici, se  bornera donc aux généralités qui devraient conduire à la prise de conscience des tenants et aboutissants de cette affaire . 

 

   Voici un extrait du livre initial ( la version romancée exprime à mon avis,  davantage le contexte géo-mythique) où sommairement j'aborde la topographie de la colline forteresse des Mandubiens. Je rappelle à cette occasion qu'à partir de mon  premier tome de la saga des mandoubiens, je me proposais uniquement de décrire le contexte environnemental qui préfigurait la prise d'Alésia; à savoir, l'entité de ses habitants,  spécialisés dans l'inhumation des morts. Cette contrainte (cause de mes découvertes archéologiques) m'a donc amené à fixer la trame du récit sur le lieu originel du mythe principal, situé quelques kilomètres en amont du fleuve, hors de l'oppidum .  Une  description plus précise du site oppidal d' Alésia relaté par César était donc prévue lors de la suite projetée ( elle suivra ).

L'ECLAIREUR chap : L A  C I T É  M Y T H I Q U E  page 184

<< Pourtant, malgré le blocus “officieux” des Romains,Alésia n’est pas coupée du monde car elle est ravitaillée par la montagne. En effet, la chaîne du Lomont qui jouxte l’oppidum d’Alésia, s’ouvre sur tout le massif jurassien et peut difficilement être contrôlée par une quelconque armée ennemie. Cette colline, vaste de quatre à cinq cents hectares et plus, si on y inclut le très significatif mont du Soleil (29) , possède toutes les qualités requises pour un poste idéal. 

122 Naturellement fortifiée, elle ressemble, aux dires des druides, à un gigantesque sanglier couché sur le côté, dont l’épine dorsale représente la crête de rochers qui la borde. Elle est pourvue en eau par des sources internes et elle est suffisamment vaste pour y faire paître des troupeaux entiers. Le contingent affecté à sa défense peut communiquer aisément avec les éventuels secours, car depuis son sommet, on voit le “grand mont Belénos” ( Mont Blanc), et on peut, dans un premier temps, s’échapper sans être vu.

29) Actuellement Mont de Solemont. Personne ne fait le rapprochement ave le mont du soleil, depuis qu’un “érudit” ecclésiastique du Moyen-Age a écrit  propos du village de Solmont (situé dans le Lomont): “sous le mont” . Il est vrai que “mont du Soleil” cela fait “païen”.>>

 

Pour comprendre, en matière de dénomination, il faut admettre que nous avons  affaire à un processus de démythification très élaboré, dont voici les principaux exemples. (entre guillemets, je propose l'interprétation la plus judicieuse).

- SOLEMONT Mont du Soleil transformé en: Sous le mont  ( Un mont, sous le mont ?)

- LOMONT Mont Louis, ( Lugmontem, montagne du dieu Lug) tranformé en :Long Mont

- MONTBELIARD Mont Belenos ( L'apollon gaulois) Dambelin, Blamont, Belmont etc

- JURA Justice (Le droit, juss, juriss) transformé en : Forêt

- DOUBS Noir ( Sombre, obscur ) transformé en : Dubitatif  ( du fait de son cours sinueux, qui doute...)

 

                                                

  

 

ANNEXES

    CAMP ROMAIN DE PESEUX


PAR L'ABBE RICHARD, curé de Dambelin (25) Recherches historiques sur l'anciennes seigneurerie de NEUCHATEL en comté de BOURGOGNE

annotation page 133 - (1)Au bas du village de Péseux est un plateau peu spacieux, dont la surface, inclinée au couchant et au nord, et d'une forme arrondie, domine les gorges de la Barbêche, et de Val-deVyt. Au mois de juin 1839, en extrayant du gravier de la partie orientale de ce terrain, on découvrit 200 cadavres qui gisaient dans l'espace de 12 mètre carrés. Ils avaient été inhumés pour la plupart dans des fausses séparées, les pieds tournés du coté du levant; des pierres plates et larges, amenées de loin, puisqu'il n'en existe point de la sorte sur le territoire de Péseux, entouraient les têtes d'un certain nombre de ces cadavres, recouverts tout au plus par un pied et demi de gravier et de petites pierres, car il n'y à point de terre dans cette localité rocailleuse. Les mâchoires et les ossements, parfaitement conservés, indiquent que les individus étaient jeunes, lorsqu'ils succombèrent; on ne voit pas qu'ils aient dépassés la stature ordinaire: un seul fémur de 19 pouces de longueur annoncerait une taille d'environ sept pieds. Cette découverte devait naturellement attirer l'attention. On a d'abord remarqué sur une ligne droite, tirant du levant au nord, et de la longueur d'environ 30 mètres, deux rang de fosses, à en juger du moins par les soulèvement inégaux du terrain, ainsi que par l'aspect que présentaient les fosses ouvertes précedemment. Ce qui ensuite a fixé les regards, ce sont les vestiges saillants d'un rempart en terre renfermant un espace de 5 hectares sous la figure d'un carré long, dont l'extrémité occidentale formait pourtant une ellipse. Un fossé et un double rampart défendait la ligne du levant au midi; ce retranchement, n'était accessible que du coté méridional. Jusqu'ici on a pas découvert trace de remparts ou tours en pierre. Au nombre de objets enfouis à coté des cadavres,on remarque 1° Deux sabres courts et large en fer, tranchants seulement d'un coté, et dont l'extrémité se termine insensiblement en pointe. Ces armes, déposées chez M. le maire de Péseux, ont la longueur et la largeur des sabres poignards usités de nos jours: la poignée et en corne. 2°-Des écailles de cuissard en cuivre, des boucles servant à attacher les différentes partie d'une armure, de petits boutons ronds et bombé, d'autres plats d'une dimension plus grande, garnis les uns et les autres de bitume en dedans. 3° Des agrafes en fer, damasquinées en argent, à boules bombées, telles qu'on les retrouvent fréquemment dans les sépultures romaines et gallo-romaines. Ces agrafes sont en parties brisées ou détruites par l'oxyde. La plus grande partie de la damasquinure a disparu: le dessin en était médiocre, à en juger ce qui reste. l'une de ces agrafes est en acier. 4° Des bracelets en bronze, et des armilles liées de distance en distance avec fil d'argent; deux épingles du même métal ayant chacun une chaîne en bronze. 5° Des grains ronds et ovales, de grosseurs diverse, en verre, rouge, jaunes, bleus, verts, formant probablement les débris d'un torques ou collier militaire. D'après cet exposé, il est certains qu'un corps de troupes a stationné sur le plateau de Péseux où il s'était fortifié. La forme des tombeaux où ces soldats sont couchés, la nature des objets qui les entourent, indiquent que ce sont des romains ou des gallo-romains: la direction de leurs pieds tournés au levant fait penser que ces hommes appartiennent aux siècles du paganisme. Au reste, parmi ces siècles , quel est celui où ils ont succombé? Contre quel ennemi avaient-ils à combattre ? C'est ce que d'ultérieures recherches et la découverte de quelques médailles semblent seules pouvoir éclaircir.

 

BOULETS Bonvalot

Boulets relais

 

    BOULETS DE PIERRESboulet récupérés

Voici des boulets de pierre découvert en bordure d'une ferme située en face l'oppidum. Ce lieu se situe juste sous la trajectoire d'une ligne à haute tension qui franchit la vallée (sur une longueur d'environ 1 KM). J'en ai également trouvé dans d'autres endroits, toujours aux abords de la colline en question . Les habitants les disposent sur des murets ou aux sommets des piliers comme ornement. Ils y en a même qui les teintent pour décorer leurs jardins. J'ai tenté de les montrer à un archéologue, mais bien que celui ci admet qu'il doit s'agir de boulets de canon ou de catapulte, il a refuser de ce déplacer. Prétextant que ce n'était pas son secteur... ( je ne tiens pas à polémiquer ici avec ces spécialistes ayant avis autorisé. Avec le temps, grâce aux preuves manifestes les plus éclairés finiront par infléchir leur hiérarchie que la témérité aveugle dans cette affaire d'Alésia rend suspecte....allant à l'encontre des règles élémentaires de l'archéologie. Pour qui, vérifier visuellement demeure une priorité).

 

  

 

 

 

 Ici encore une estampille d' Amphore trouvée à Mandeure chez un particulier..   on voit distinctement l'abréviation ALIA  I CV 

 

IMG_3514

 

 

 

22 janvier 2016

VIDEO/ Le druide des Monts Jura et la Swastika d' Alesia !

 

 

swastika swastika de bronze decouverte dans les environs de Mandeure/ Mathay

 

video-swastika

 

Le "druide" des Monts Jura et la Swastika d'Alesia

 

 

 

 

Sous titré en anglais et publié par Maya Touviere

 

Resumé/

Le druide des Monts-jura et la swastika d’Alesia.

 

     L’insoupçonnable révélation du mythe fondateur de notre civilisation  par un aubergiste (Jean-Claude Bonnot) installé au cœur du massif du Jura, carrefour des voies de communication.    Parti de sa quête d’Alesia où fut vaincu Vercingétorix par César en 52 av JC , ce « druide des temps modernes »  arborant à son cou une swastika antique de bronze, découverte sur les lieux même où il situe le véritable  emplacement de l’ancienne métropole religieuse de toute la celtique (Diodore de Sicile) , nous expose en dialoguant avec un ami complice, ses propres conceptions des origines de la justice et de la première religion mondiale du culte du soleil. Non sans avoir corrigé tout amalgame avec l’hégémonie nazie.  

« Sur la fin, l’hôte et son visiteur  abordent l’actualité, la cosmologie, voire la physique quantique par la Trinité. »

21 janvier 2016

Descente aux enfers... au sanctuaire des Mandubiens " ALTARE MANDUBIORUM "

 

 

grotte 1grottte porcheescaliers enfers

 

 

 

Grotte du Chateau de la Roche Saint-Hippolyte sur le Doubs

 

 

 

Escaliers de la « descente aux enfers »  circuit touristique proposé par l’association  ALTAR Europe Franche-Comté 

Encore une manigance pour vendre mes livres ? Comme l'affichent mes détracteurs...  pourtant, nous sommes bien dans un cas de preuve manifeste !   desservi par la providence ou ma perséverance ...  Peut importe " le succès n'a pas besoin d'explication " .  Ci dessous, je vous informe de ma decouverte  (plusieurs dizaines de pièces gauloises dans la grotte où je situais le "sanctuaire des Mandubiens - habitants d' Alesia" voici maintenant plus de 20 ans !  J'en profite donc pour faire une réédition livres . Aidé en cela par l'association

   

mystere mandoubiens

 

 

 

 

Droite

 

 

de l'eclaireur à l'eveillé couverture

 

 

Cette publication tient lieu de déclaration officielle en prenant par là même la population à témoin !  Je viens même de prévenir la presse !... tout en étant conscient désormais que les services de l'archéologie ont été prévenus.... au vu de la défection d'un de mes futurs associés, témoin direct.... compétent et agréé pour  produire un rapport de fouilles en bonne et due forme. A l'entendre il aurait subit des pressions pour se retirer....   suite à notre déclaration d'association de " tourisme identitaire" à la Sous-préfecture de Montbéliard !

pièces mains

 

 

 

 pieces quadrupedes

 

 

 

 

 

 pieces tombe

 

 

 

Un aperçu des documents mis au jour dans  le lit du ruisseau souterrain... pour moi comparable au Styx, fleuve des enfers dans la mythologie grecque ...

  Espérons qu'un jour la frilosité des archéologues due à l'affaire d' Alesia s'estompe pour ne reconsiderer que leur vocation... Les offrandes aux defunts se trouvent sous la couche de tuff sur des centaines de mètres... avec en prime un "puits à offrandes" au lieu dit " la Tannerie" .... La sortie des égouts de Chamesol se deversent dans la grotte !

 

piece tombespeleo fouilleur

 

 

 

 

 

 

 

fouille tombe 2

Dans le tréfonds, plus question de propriété privée ou de dommages causés au patrimoine ! de nombreux objets, témoignages d’une identité et un savoir faire insoupçonné doivent être encore enfouis, perdu à jamais pour la science et l’éclairage sur les origines de notre civilisation… dont nous sommes encore aujourd’hui dépendant !

 

 Ci dessous l' ébauche du  4 e de couverture que je compte afficher au dos de mes livres en cours de réédition !

 

tableau l'eveilléDSCF3551DSCF3553 - Copie

 

 L’Eveillé ! Voilà bien un écho à ce livre, tout en inspirant  l’auteure de cette toile qui reproduit une monnaie gauloise significative et apporte ainsi indirectement son concours à cette intrigante affaire de la localisation d’ Alesia  (cité conquise par les romains en 52 av JC). Tout comme  l’étiquette d’historien romancier, sous laquelle je m’affiche ici.  

 En effet, l’archéologie est une matière trop importante pour être laissée aux seuls archéologues… Allant même s’opposer si l’on y prend garde au «  droit de savoir » le plus élémentaire et par là même l’éclairage salutaire à notre société en devenir. « Si tu ne sais plus où tu vas, regarde d’où tu viens ! »

   L’effigie de cette pièce attribuée aux Séquanes - peuplade celtique -  représente    l’être d’Eveil,  « druide savant » qui hante nos mémoires collectives, voire encore le «  Messie »  En attestent ses attributs : l’œil vif et démesuré d’éveillé, lèvres ouvertes dispensatrices de sagesses et directives etc…   (plusieurs dizaines d’exemplaires viennent  d’être mis à jour récemment , corroborant ce que j’écrivais dans mon précédent ouvrage en 1996 « le Mystère des Mandoubiens » )

    En  couverture, une autre toile reproduit  l’intrigue et la persévérance du chercheur, au gré de textes et ascèses  des plus obscurs aux plus éclairés. Alternant du roman historique à des comparaisons scientifiques des plus avancées, pour en arriver - via l’épopée Templière des croisades-  dans les  profondeurs d’une caverne où il situe l’aune de notre civilisation… de l’Enfer au Paradis.. soit aux « Monts-Jura »  (terme signifiant en latin : juss, juris, justice )

Jean-Claude BONNOT